Bienvenue sur le site de SDN Berry Giennois Puisaye

Vous pouvez retrouver tous les articles édités concernant un terme en utilisant la case blanche en haut, à droite de la page. (Eviter les abréviations)

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Centrale nucléaire de Fessenheim : comment EDF tente d'empêcher la fermeture

 4 avril 2017, 20h02

http://www.leparisien.fr/economie/centrale-nucleaire-de-fessenheim-edf-joue-ses-dernieres-cartes-pour-empecher-la-fermeture-04-04-2017-6824652.php 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TCHERNOBYL, 26 avril 2017, à la Chalette sur Loing

square Taras Chevchenko à 18 heures, rue du Bouy 45120 Chalette sur Loing

Les Radieux du Gâtinais commémorent  les liquidateurs

26 avril 1986: début de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl ! Qu'en est-il aujourd'hui?

- Les liquidateurs (ceux qui sont allés sur place déblayer le site) et leur entourage ont contracté d'effroyables maladies pour limiter l'irréparable. Il s'agissait d'un million de militaires et de civils. Des robots sont aujourd'hui encore dans l'impossibilité d'intervenir en zone fortement radioactive.

- Le nouveau sarcophage, construit pour confiner le réacteur 4 et l'ancien sarcophage dégradé, a été financé par 28 pays (coût actuel : plus d'1, 4 milliards d'euros) et est prévu pour durer 100 ans (après?)

- 1986-2017, l'héritage est lourd : évacuation des populations, territoires interdits, pratiques perpétuant les désastres (consommation d'aliments contaminés, retour en zones polluées),  immunité déficiente, population condamnée à subir des mutations génétiques...

- Au niveau mondial, la sortie du nucléaire civil et du nucléaire militaire est d'actualité !

SDN B.G.P.- Les Radieux du Gatinais, EELV- les verts du Gâtinais, RSN
courriel :         jolivet@hotmail.it         sdn-berry.puisaye@orange.fr            eelvlesvertsdugatinais@gmail.com
teléphone :   0783044254 - 0672188929

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les incidents à la centrale de Belleville sur Loire

  • L'unité de production n°2 de la centrale de Belleville-sur-Loire a été reconnectée au réseau électrique dans la nuit du 1er au 2 avril. Elle avait été mise à l’arrêt le samedi 1er avril à 18h, suite au déclenchement de la turbine lors d’un essai périodique. Cette mise à l'arrêt a permis d'effectuer un diagnostic précis et de réaliser des essais pour s’assurer de la disponibilité des circuits.

  • Le vendredi 31 mars 2017, l'unité de production n°1 de la centrale de Belleville-sur-Loire a été reconnectée au réseau électrique dans la soirée.  Elle avait été mise à l’arrêt dans la nuit du 30 au 31 mars conformément aux procédures d'exploitation, suite à la détection d’un dysfonctionnement sur un matériel lors d’un essai programmé.
  • 18 mars 2017

  • Le 14 mars 2017, conformément aux mesures de contrôles réguliers, un technicien de la centrale de Belleville-sur-Loire effectue un prélèvement d’eau à un robinet connecté à la piscine de stockage du combustible usé de l’unité de production n°2. A l’issue de ce contrôle, un écoulement d’eau s’est produit et a été recueilli dans une rétention prévue à cet effet. Cet écoulement a été détecté par une alarme en salle de commande. Un technicien s’est immédiatement rendu sur place et a refermé le robinet de prélèvement. Un appoint en eau a alors été réalisé et le niveau est progressivement remonté.

  • Mercredi  1er février 2017 à 22h, l’unité de production n°1 de la centrale de Belleville a été reconnectée au réseau électrique national en toute sûreté. Elle s’était arrêtée automatiquement le 30 janvier à minuit, conformément aux dispositifs de sûreté, suite à un défaut d’alimentation électrique d'un matériel situé sur l'une des grappes de commande* (Les grappes de commande, insérées plus ou moins profondément dans le cœur du réacteur, permettent de réguler la puissance fournie ou d’arrêter complètement le réacteur). Les contrôles menés par les équipes de la centrale ont permis de redémarrer en toute sûreté l’unité de production n° 1.
  • Samedi 12 novembre 2016, lors de la réalisation d’un essai périodique sur le circuit de la partie non nucléaire des installations, la fermeture intempestive d’une vanne a déclenché le processus d’arrêt automatique du réacteur n°1. Lors des premières investigations, les équipes EDF ont notamment détecté un dysfonctionnement sur le système de commande de la vanne concernée. Cette situation nécessite de mettre le réacteur dans une phase d’arrêt complet pour réaliser une opération de maintenance. La mise à l’arrêt d’un réacteur consiste en une succession de manœuvres et de phases bien précises décrites dans les règles générales d'exploitation de la centrale. La phase transitoire entre l’arrêt automatique et la mise à l’arrêt complète du réacteur a pris plus de temps que celui autorisé par les règles d’exploitation (dépassement de 4h et 39 minutes), ce qui constitue un écart vis-à-vis des règles générales d’exploitation.
  • Le 13 juillet 2016, l'unité de production n°1 a été reconnectée au réseau électrique. Elle avait été mise à l'arrêt dans la nuit du 11 au 12 juillet 2016, suite à la détection du dysfonctionnement d'une carte électronique située dans la partie non-nucléaire de l'installation.
  • Ce samedi 25 juin, L'unité de production n°2 a été reconnectée au réseau électrique dans la matinée. Elle avait été mise à l'arrêt le 22 juin suite au dysfonctionnement d'une carte électronique. Les équipes de la centrale avaient réalisé les réparations dans la nuit du 22 au 23 juin.
  • Mercredi 22 juin 2016 vers 21h30, les équipes de la centrale de Belleville-sur-Loire ont procédé à la mise à l'arrêt l'unité de production n°2, en toute sûreté et conformément aux procédures d'exploitation, suite à la détection du dysfonctionnement d'une carte électronique située dans la partie non-nucléaire de l'installation. Les techniciens de la centrale ont réalisé la réparation durant la nuit.
  • Le 21 mai 2016,  l'unité de production n°1 de la centrale de Belleville est en arrêt programmé pour maintenance et rechargement du combustible. Avant de procéder au redémarrage, les équipes de la centrale vérifient le fonctionnement de capteurs de température du circuit primaire. En l'occurrence, il s'agit de capteurs de réserve, le bon fonctionnement des capteurs principaux ayant déjà été contrôlé.Pour l'un des capteurs de réserve, toutes les conditions nécessaires à la réalisation du contrôle n'étaient pas réunies, ce qui a justifié la déclaration à l'Autorité de Sûreté Nucléaire le 24 juin d'un Evénement Significatif Sûreté au niveau 1 de l'échelle INES. L'unité de production n°1 était en arrêt programmé depuis le 26 mars 2016. Lors de son redémarrage dans la nuit du 29 au 30 mai, la vitesse moyenne de montée en puissance telle que décrite dans les règles générales d'exploitation a été très légèrement dépassée à 3 reprises. Ces dépassements ont été mis en évidence lors d'une analyse menée le 6 juin. Cet événement n’a eu aucun impact sur la sûreté des installations. Cependant, sa détection tardive a conduit la direction de la centrale à déclarer cet événement le 9 juin à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au niveau 1 de l’échelle INES.
  • Le 4 juin 2016, sur l’unité de production n°1 en fonctionnement, les équipes EDF ont réalisé un essai sur un circuit de délestage de la vapeur* (*circuit notamment utilisé lors des phases de mise à l'arrêt du réacteur pour évacuer l'énergie résiduelle des générateurs de vapeur), situé dans la partie non-nucléaire de l'installation. Cet essai a permis de détecter un défaut de configuration du circuit d’alimentation en air qui permet l’actionnement d’une vanne sur le circuit de délestage de vapeur. Dès la détection de cet écart, les équipes de la centrale ont procédé à la remise en conformité du circuit en air et ont renouvelé l’essai qui s’est avéré satisfaisant.
  • Le 2 avril 2016 à 9h30, dans le cadre des activités de contrôles périodiques, un chimiste de la centrale effectue une mesure de la concentration en bore* (*le bore est un élément naturel utilisé dans les réacteurs pour réguler ou stopper la réaction en chaîne en raison de son exceptionnelle capacité d'absorption des neutrons) du circuit primaire. Cette mesure s'est révélée très légèrement supérieure aux limites fixées par les spécifications techniques d'exploitation. Le 3 avril à 9h31, les équipes de la centrale ont procédé à une injection d'eau borée qui a permis de retrouver une concentration en bore conforme.Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté, ni sur l’environnement. Néanmoins, la concentration en bore est restée supérieure aux limites prescrites pendant plus de 8h, ce qui constitue un écart. Il a été déclaré le 5 avril 2016, à l'Autorité de Sûreté Nucléaire comme Evènement Significatif Sûreté (ESS) au niveau 0 de l'échelle INES. Après échanges avec l'Autorité de Sûreté Nucléaire et analyses complémentaires, la Direction du CNPE a décidé de requalifier cet évènement au niveau 1 de l'échelle INES.

....

Toutes ces infos sont sur le site du CNPE de Belleville sur Loire, noyées au milieu des autres infos, comme leurs très nombreuses animations !

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA LOIRE A ZERO NUCLEAIRE

ST LAURENT-NOUAN ET BLOIS (41) - CENTRE
Samedi 8 avril 2017

Mobilisation régionale prévue par le groupe Sortir du nucléaire Loire et Vienne qui regroupe : SDN Pays nantais, Coordination poitevine "Vivons sans nucléaire", CSDN 79, SDN 49, SDN 72, SDN Touraine, SDN 41, ACIRAD, réseau Fukussensheim et SDN Berry-Giennois-Puisaye.

 

9h30 : Rendez-vous près de la centrale de St Laurent (fléché)
10h30 : Départ caravane cycliste vers Blois
12h30 : Lac de Loire - Rassemblement cyclistes/bateaux/piétons pour picnic
14h : Départ de l'armada (bateaux, vélos, piétons) vers Blois
15h30 : Arrivée, prises de paroles etc., port de la Creusille, Blois
18h : Conférence gesticulée "Atomes fourchus", Espace Quinière, Blois

 

Lien vers le site (avec tous les renseignements) :  LLZN.TK

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Exclusif - Révélations sur l’état réel des centrales nucléaires et les mensonges d’EDF - "La farce cachée du nucléaire"

http://boutique.sortirdunucleaire.org/img/p/7/9/9/799-thickbox_default.jpg

 

La farce cachée du nucléaire
Yasnost’Editions, Réseau "Sortir du nucléaire"
250 pages, format A4, mars 2017

Le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle des documents internes à EDF qui dévoilent l’état réel des centrales nucléaires françaises et les mensonges de l’exploitant.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" édite un livre édifiant qui révèle les arcanes de l’industrie atomique, dévoile les mensonges d’EDF et l’état réel des centrales nucléaires françaises. Par des faits concrets et précis, s’appuyant sur des documents internes d’EDF qui n’ont encore jamais été dévoilés, l’auteur, qui écrit sous le pseudonyme de Nozomi Shihiro démontre ainsi que la transparence psalmodiée à l’envi par l’électricien national n’est en réalité que poudre aux yeux. Et il est bien placé pour le savoir ! Issu du cœur de la machine EDF, ayant une longue expérience du milieu, il nous livre ses secrets.

Lire l'article complet

La farce cachée du nucléaire, en bref

Révélations sur la fausse transparence d’EDF

Le réseau Sortir du nucléaire publie un livre choc, La Farce cachée du nucléaire, qui met à mal la stratégie de communication d’EDF....

Le reportage de FR3 Centre-Val de Loire

La République du Centre du 11 mars 2017

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


LE COLLECTIF REGIONAL
« SORTIR DU NUCLEAIRE LOIRE ET VIENNE »

Sa composition ?
Depuis juin 2016, les groupes pour la sortie du nucléaire se sont regroupés en « région » qui porte le nom « Sortir du nucléaire Loire et Vienne ».
Ce collectif est appelé à s'élargir mais voici, pour le moment, ceux qui l'ont fondé et qui agissent et informent au fil de la Loire de la Loire, d'amont en aval :
SDN Berry-Giennois-Puisaye autour des centrales de Belleville et Dampierre, l'ACIRAD Centre et le réseau Fukussenheim basés à Orléans, SDN 41 autour de St Laurent des Eaux, SDN 37 à Tours et Chinon, SDN 49 aux alentours d'Angers, la coordination poitevine « Vivons sans nucléaire » autour de Civeaux, SDN 72 et SNE 72 autour du centre d'ionisation des aliments Ionisos, SDN 79 dans les Deux-Sèvres et, SDN Pays Nantais.


Ses objectifs ?
Ce regroupement ambitionne de mutualiser et dynamiser la réflexion, les informations et les actions. Ceci car la Loire et ses affluents nous reliant tous, nous nous retrouvons également concernés par la contamination radioactive au quotidien de notre air et de notre eau ainsi que par la menace que font peser sur nous les nombreux incidents et les accidents nucléaires potentiels liés à nos 14 réacteurs et plus particulièrement les 9 en fin de vie.
 

Ses prochaines actions ?
Le 11 mars, nous commémorerons le début de la terrible catastrophe de Fukushima, il y a six ans ! L'actualité nous prouve que la situation y est gravissime malgré les propos lénifiants de l'exploitant et des politiques.
Ici, tout au long de la Loire, malgré le même type de discours qui vise à banaliser et à assurer que tout est « sous contrôle », la prise de risque inconsidérée est la même.
C'est pourquoi, le 11 mars, tous les groupes seront « sur le pont » pour informer sur leur situation locale :

  •  ici l'acier vérolé de générateurs de vapeurs, là les défauts d'étanchéité, partout le largage quotidien particules radioactives et chimiques dans l'air et dans l'eau;
  •  les mines d'uranium désaffectées qui continuent de polluer rivières et nappes phréatiques ;
  •  les transports de déchets radioactifs traversant nos territoires sur route et rails (1000 convois par an en France);
  •  dans tous les secteurs : les violations des règles de sûreté qui régissent le nucléaire.
  •  et enfin les sites liés à l'armement nucléaire.

Les citoyens ont droit à une véritable information et transparence, nous nous y employons.

Ce 11 mars sera aussi l'occasion de sensibiliser la population à la prochaine action du groupe régional prévue le 8 avril : « La Loire à Zéro Nucléaire ! »

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PPI de Belleville sur Loire (10 km)

C'est le PLAN PARTICULIER d'INTERVENTION en cas d'accident nucléaire à Belleville sur Loire. C'est un plan ORSEC. Accéder à l'article

Le 26 avril 2016, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal a annoncé l’extension du rayon du périmètre PPI de 10 à 20 km pour toutes les centrales nucléaires. Une circulaire du Ministre de l’Intérieur du 3 octobre 2016 vient confirmer  cette  évolution.  Les  nouvelles  mesures devraient notamment inclure une préparation à une évacuation  dans  un  rayon  de  5  km  et  une  prédistribution  d’iode stable dans un rayon de 20 km. La circulaire précise que  des  instructions  méthodologiques  complémentaires seront envoyées aux préfets début 2017 pour les guider dans la mise en œuvre ces modifications. Toutefois, la circulaire ne précise pas le calendrier associé.

L'ANCCLI (l’Association Nationale des Comités et Commissions Locales d’Information) s’est recemment positionnée publiquement en faveur d’une extension des périmètres PPI de tous les CNPE à un rayon de 80 km.

Périmètre de 10 et 20 km autour de la centrale de Belleville sur Loire (cliquer sur l'image pour l'agrandir )

 

Périmètre de 20 et 80 km autour de la centrale de Belleville sur Loire (cliquer sur l'image pour l'agrandir )

 

 

Exemple pour la centrale de Gravelines

Image extraite du "Livre blanc V de l'ANCCLI : NUCLÉAIRE  ET TERRITOIRE - QUELS RÔLES DES CLI ? QUELLE IMPLICATION DE LA POPULATION DANS LA PLANIFICATION DE GESTION DE CRISE ET DE GESTION POST-ACCIDENTELLE ?"

Galerie de photos : Page d'accueil