Bienvenue sur notre site

Retrouvez tous les articles édités en utilisant la case blanche de recherche par mot, en haut et à droite de la page d'accueil (abréviations à éviter ) et n'hésitez pas à nous contacter  !

Dans le menu "Actions/Actus" : nos actions locales et les articles d'actualité nucléaire.

Ci-dessous nos dernières actualités importantes.

 

 

Action de soutien du 10 nov. 2018 à Bourges : citation directe pour EDF Belleville

Poursuites contre EDF Belleville non condamnée pour toutes ses 46 infractions au codes de l'environnement, du travail, de la sûreté en 2017, par le Réseau Sortir Du Nucléaire

Regarder le journal 19/20 du 10/11/201 8 sur FR3 Centre

EDF est sommée D’AVOIR À COMPARAITRE par devant le Tribunal de police de Bourges

le 8 janvier 2019 à 14 h 00

salle ordinaire de l’appel des causes, siégeant 8 rue des Arènes - 18000 Bourges

ce sera une "audience de consignation", l'affaire sera plaidée ultérieurement, probablement au printemps.
 
 
Le résumé des contraventions commises :
  1. s’être abstenue de s’assurer dans des délais adaptés aux enjeux du traitement des écarts, en l’espèce ceux qu’elle avait relevés ayant donné lieu à déclaration de travaux concernant les alimentations électriques
  2. s'être abstenue de s’assurer dans des délais adaptés aux enjeux du traitement des écarts, en l’espèce ceux détectés par l’intervenant extérieur en charge de la maintenance « supplémentaire » des moyens de manutention dans le bâtiment réacteur
  3. s'être abstenue de procéder à un contrôle technique d’activités importantes pour la protection, en l’espèce celui des installations et équipements inspectés par les inspecteurs de l’Autorité de sûreté nucléaire

    - bâche 2 EAS 011 BA,
    - pompe 2 PTR 022 PO,
    - rétention de la bâche 2 EAS 012 BA,
    - pompe 2 EAS021 et 022 PO,
    - robinet 2 DVS 021 VL,
    - moteurs 2 RIS 032 PO et 2 EAS 052 PO,
    - pompes 1 ASG 021 PO et 1 ASG 022 PO et pompe d’échantillonnage 1 ASG 092 PO,
    - vannes 1ASG 159 VV et 1 ASG A60 VV et 1 EAS 526 VN,
    - alimentation électriques de deux des diesels de secours du site 1 LHP et 2 LHQ,
    - turbine à combustion constitutive du système LHT,
    - groupes électrogènes de secours LHP et LHQ et, enfin
    - canalisations du circuit d’eau glacée  - DEG de plusieurs locaux,

  1. ne pas s'être assurée de l’étanchéité d’éléments susceptibles d'être en contact avec des substances radioactives ou dangereuses, en l’espèce le circuit EAS (au niveau du raccord identifié 2 EAS 484 VR notamment selon la DT n° 335081) qui présentait des fuites significatives de soude,
  2. n’ayant pas maintenu des rétentions propres et dont le fond avait été désherbé, en s’étant abstenu de supprimer la végétation aux pieds de bâches SEK (système  de collecte et d’entreposage des effluents sur circuits secondaires) et KER (système de collecte et d’entreposage des effluents de l’ilot nucléaire.

 

NB : Le Réseau Sortir Du Nucléaire a un agrément au titre de la protection de l'environnement, cela ne lui donne donc aucun "droit à agir" en justice en matière de droit de la santé, droit du travail, etc.  Ce qui reduit le nombre de contraventions dans la citation directe.

 

9 novembre 2018 : Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dépose une citation directe à l’encontre d’EDF Belleville

Message d’information envoyé aux médias par le Réseau “Sortir du nucléaire“

“Le 13 septembre 2017, l’Autorité de sûreté nucléaire avait placé la centrale nucléaire de Belleville sous surveillance renforcée et publié un copieux rapport d’inspection.

On y apprenait que de nombreux équipements importants pour la sûreté se trouvaient dans un état de délabrement avancé, leur usure étant aggravée par le manque d’entretien et des travaux relevant du rafistolage. Fuites d’huile, de fioul, fuites de vapeur potentiellement radioactive sur des vannes censées être étanches, tuyauteries corrodées gouttant dans des bassines, système d’alimentation électrique de secours si dégradés que leur bon fonctionnement était compromis… la liste était aussi longue qu’inquiétante ! Par ailleurs, en raison de problèmes organisationnels et d’un manque de rigueur, de nombreuses demandes de travaux semblaient se perdre dans la nature…

Face à cette situation inacceptable qui mettait en danger les riverains et les travailleurs, le Réseau “Sortir du nucléaire“ et l’association Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye ont déposé plainte contre EDF le 20 octobre 2017 pour 46 infractions à la règlementation nucléaire et environnementale.

Or le 19 mars 2018, de manière incompréhensible, le Parquet de Bourges a classé cette plainte sans suite… Ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’il procédait ainsi.

Il serait inacceptable qu’EDF, qui menace toute la région, puisse bénéficier d’une impunité ; et ce d’autant plus si l’entreprise envisage d’implanter sur ce site une nouvelle installation encore plus dangereuse, avec le projet de piscine de stockage de combustible usé !

C’est pourquoi, le 9 novembre, le Réseau “Sortir du nucléaire“ déposera une citation directe à l’encontre d’EDF afin que le tribunal se penche sur cette affaire. Nos associations ne baisseront pas les bras tant qu’EDF ne sera pas condamnée !“

 

ACHATS DE TERRES  AUTOUR DE CENTRALES NUCLEAIRES (Chinon, St Laurent des eaux, Belleville/Loire

Près de Belleville, la mairie de Sury-sur-Léré ne décidera rien tant qu’EDF n’aura pas dévoilé ses desseins

Extrait de l'article 8 novembre 2018 / Émilie Massemin (Reporterre)

Mais le territoire le plus touché est celui de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher), avec 140 hectares lorgnés par EDF.

« À la suite de la révélation du projet de piscine d’entreposage centralisé, des élus ont été interviewés par la presse et on a appris que des tractations plus ou moins officielles étaient en cours pour une surface de 40 hectares, rapporte Catherine Fumé, du réseau Sortir du nucléaire du Cher. Puis le collectif citoyen Vivre notre Loire, qui s’est constitué contre la piscine, a pu se procurer le plan des 50 hectares de parcelles en pourparlers d’achat avec l’entremise de la Safer. Mais ce n’est qu’il y a une ou deux semaines qu’on a appris que la surface totale concernée était de 140 hectares. »

Pour l’instant, aucun agriculteur qui aurait été contacté par la Safer ou EDF ne s’est manifesté. « J’ai mis des paysans sur le coup parce que le peu d’informations dont nous disposons pour le moment ne précise pas s’il s’agit de terres agricoles, indique Claire Guillemet, de la Confédération paysanne du Cher. Mais si des acquisitions étaient actées, nous l’aurions forcément su, parce que des agriculteurs de la Confédération paysanne l’auraient vu passer en commission, une étape obligatoire pour tout ce qui est achat et vente de terres agricoles. »

Rencontré à la 30e conférence des Cli le 7 novembre, Patrick Bagot, maire de Belleville-sur-Loire et président de la Cli de Belleville, a assuré à Reporterre que la mairie n’avait pas reçu de courrier de proposition de vente ou d’échange de terrains communaux et n’était pas en mesure d’indiquer combien d’hectares de sa commune étaient convoités par l’électricien.

Parcelles concernées à Belleville-sur-Loire et Sury-près-Léré
 

Quoi qu’il en soit, quelque 90 hectares des terres concernées seraient situés à Sury-sur-Léré, voisine de celle de Belleville-sur-Loire, d’après Pascal Viguier, maire de cette commune. Parmi elles, un peu moins de trois hectares appartiennent à la commune : une parcelle de 7.700 mètres carrés, une autre de 1.963 mètres carrés, une troisième de 2.231 mètres carrés louée à un agriculteur et la dernière, de 17.237 mètres carrés, qui accueille un étang. « Nous avons reçu un questionnaire de la Safer qui nous a demandé si nous voulions vendre, ne pas vendre ou échanger ces terres », indique l’élu. Pour l’heure, le conseil municipal du 26 octobre a décidé à neuf voix sur dix qu’il étudierait la possibilité d’un échange. « Notre réponse à la Safer, c’est qu’on ne vendra pas. On est prêt à étudier un échange, mais on ne décidera pas quoi que ce soit tant qu’on ne saura pas ce qu’EDF veut précisément en faire. Pour l’instant, rien n’a été dit à ce sujet. Lors de la réunion avec les agriculteurs, EDF a seulement dit que ce serait peut-être pour un démantèlement. J’attends avec impatience de savoir de quoi il s’agit », poursuit M. Viguier. En tout cas, il n’a « aucune idée » du temps que prendra cette opération foncière : « Ça me paraît lourd. De nombreux propriétaires et exploitants sont concernés. Et tant que l’État n’aura pas sorti la PPE, on ne peut pas savoir ce qui va se passer. »

 

 

Achats de terre par EDF, le Parisien vous explique tout !

https://videos.leparisien.fr/video/nucleaire-pourquoi-edf-achete-des-terrains-autour-de-ses-centrales-06-11-2018-x6wrl83

Mardi 06 Novembre 2018

EDF a lancé une campagne d'acquisition de terrains autour de certaines de ses 19 centrales nucléaires. Pour «préparer l'avenir» justifie EDF, en attendant la présentation du projet de PPE (Programmation pluri-annuelle de l'énergie).
Erwan Benezet, journaliste au service économie du "Parisien", dévoile que ces acquisitions de terrains pourraient servir à développer de nouveaux EPR à coûts réduits ou des SMR, réacteurs de plus petites tailles.

  


EDF acquiert des terrains près des centrales nucléaires

Communiqué du 31 octobre 2018 du réseau Sortir du nucléaire

  • Nous appelons les propriétaires fonciers sollicités à ne pas vendre leurs terrains à EDF et ainsi à ne pas conforter les projets de l’entreprise, qui cherche à imposer sa loi et faire perdurer le nucléaire. 
  • Nous appelons également les élus locaux à ne pas se laisser berner. Quand EDF aura acquis les terrains, ceux-ci n’auront plus leur mot à dire, et encore moins la population.
  • Nous appelons les citoyens, paysans, protecteurs de l’environnement, acteurs du tourisme et des énergies renouvelables, à faire échec à toutes les tentatives d’EDF de relancer le nucléaire pour de nouvelles décennies.
  • Nous dénonçons également l’implication de la SAFER, qui se charge des études en vue des acquisitions et des contacts avec les propriétaires (du moins en région Centre-Val de Loire). Alors que celle-ci est censée « [œuvrer] prioritairement à la protection des espaces agricoles, naturels et forestiers » (Cf article L 141-1 du code rural) , elle sort totalement de son rôle en favorisant les projets nucléaires d’EDF. Le pessimisme des agriculteurs concernés laisse deviner une pression insidieuse pour céder leurs terrains.

Alors que l’EPR de Flamanville est un fiasco avéré, envisager de nouveaux réacteurs est une aberration environnementale, énergétique et économique, qui mettrait un coup d’arrêt à toute transition énergétique digne de ce nom.

L'article complet

Contact presse : Pierre Combaz - 06 65 48 36 58

https://www.sortirdunucleaire.org/local/cache-vignettes/L700xH461/bientot-un-epr-ici-87e5c.jpg

 

 

La carte des lieux de stockage des matières et déchets radioactifs

1,54 million de mètres cubes de matières et de déchets radioactifs sont répartis un peu partout sur le territoire !

 
https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2018/10/3088a9c9-bc3d-45e3-8721-a8ee33e02f17/640_gettyimages-667760385.jpg

Et plus près de chez nous (données 2016)

  • à Belleville sur Loire : au total, près de 550 m3 de DÉCHETS DE MOYENNE ACTIVITÉ À VIE LONGUE ; FAIBLE OU TRÈS FAIBLE ACTIVITÉ À VIE COURTE, et Déchets en attente d'expédition à l'Andra pour stockage ou à CENTRACO pour traitement)
    d'activité de 4 Mbq à 1871 milliards Mbq.
  • Polygone de tir de Bourges, site militaire qui entrepose temporairement des déchets radioactifs issus d'expérimentations (uranium appauvri en isotope 235 et thorium 232) :
    440 m3
    de DÉCHETS CONTAMINÉS PAR DE L'URANIUM APPAUVRI
    de 10 MBq à 678000 MBq d'activité.
  • Nexter munitions Bourges : environ 40 m3, radionucléide : Uranium

source : ANDRA inventaire 2016

La vidéo " pour comprendre les déchets nucléaires en 5 mn et, à 4mn 50 vous comprendrez où se situe la future piscine centralisée de Belleville (ou d'ailleurs) dans cette chaîne ultra-radioactive!

Dossier "La tête au carré", magazine France Inter

 

vidéo de l'IRSN sur l'entreposage du combustible usé :

 
"Nucléaire, par ici la sortie !" par France TV éducation:
https://education.francetv.fr/matiere/actualite/premiere/video/nucleaire-par-ici-la-sortie
 

 

Acquisition de terres agricoles autour des centrales nucléaires et projets edf  

EXCLUSIF. Projet EPR à St-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) : les agriculteurs préparent déjà la résistance,

140 hectares achetés à Belleville-sur-Loire

EDF cherche actuellement à acquérir des terres autour des 19 centrales nucléaires existantes pour savoir où les projets d'EPR seraient techniquement possibles et voir où ils rencontreraient le moins de résistance politique. Près de 140 hectares viennent d'êtres achetés près de la centrale de Belleville-sur-Loire (Cher) et à Chinon (Indre-et-Loire), les élus qui élaborent le schéma de cohérence territoriale ont été priés de réserver 120 hectares autour de la centrale.

 

 

 

Nouvelle consultation publique sur le devenir des vieux réacteurs de 900 MW

13/10/2018

Le Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sûreté Nucléaire (HCTISN) lance une consultation publique (de septembre à mars 2019) sur le devenir au delà de 40 ans de nos vieux réacteurs 900 MW (Tricastin, Gravelines, Dampierre-en-Burly, Bugey, Blayais, Saint-Laurent-des-Eaux, Chinon, Cruas-Meysse).

La réunion publique de la CLI de Dampierre sur ce sujet était le 12 octobre à 18h30 dans la salle Ballot à Ouzouer sur Loire.

Notre communiqué de presse suite à cette réunion :

Le 12 octobre dernier, la Commission Locale d'Information (CLI) de Dampierre en Burly organisait une réunion publique pour présenter et démarrer une concertation lancée, d'octobre à mars prochain. Celle-ci concerne les travaux prévus pour la poursuite du fonctionnement des réacteurs de 900mw de 8 sites dont Dampierre, arrivant bientôt à 40 ans de fonctionnement (alors même que les décisions du gouvernement concernant la PPE ne sont pas connues).

Parmi les 64 maires invités, peu avaient répondu à l'appel et l'absence d'un représentant de la préfecture a largement été soulignée.
L'association SDN Berry-Giennois-Puisaye était présente mais le public n'était pas vraiment au rdv (information ayant raté sa cible? Fatalisme ? Désintérêt pour une débat bien trop technique?).

En effet, une brochette d'experts, (EDF, ASN, IRSN, CLI,HCTISN par vidéo interposée...) a développé un discours purement technocratique, power-point à l'appui.

Une seule intervention par personne du maigre public (une cinquantaine), puis travail en groupe hyper-ciblé, ne portant que sur l'intérêt ou les limites des propositions d'EDF.

Celles-ci portant sur 4 sujets : accident sans fusion du cœur, accident avec fusion du cœur, piscine d'entreposage et agressions externes. Des éléments précis ? Non, des réponses en terme de référentiels, analyses probabilistes, retours d'expérience... bref, du jargon et si des questions pouvaient être posées, ce n'était pas le jour des réponses !

Une opération de communication, visant selon nous, à préparer les citoyens à l'acceptation du prolongement à 50, voire 60 ans.

On nous demande de nous exprimer sur la couleur du papier peint avant même de savoir si on veut acheter la maison !

Les risques de cette prolongation (on ne peut remplacer ni les cuves ni les enceintes de confinement de ces vieux réacteurs) ? Ses conséquences en matière de rejets dans l'environnement, de pollutions de La LOIRE, de capacité à faire face aux aléas climatiques, de santé publique, de production de déchets et de Mox usé (combustible très radioactif que l'usine de La Hague ne pourra bientôt plus accueillir), d'organisation du travail et de prise en compte des travailleurs, de coût ? Cette prolongation participerait à empêcher de penser de financer la transition énergétique indispensable pour la vie du monde à venir ?

Nous ne voulons plus de milliards engloutis dans une énergie dangereuse et dépassée qui conforte le refus de changer de mode de vie et de consommation. D'autres solutions existent.

Pas de poursuite du nucléaire mais son arrêt !

Notre communiqué a été publié intégralement dans:

- La République du Centre du 16/10/2018

- La Voix du Sancerrois du 24/10/2018

et des extraits dans

- Le Journal de Gien du 18/10/2018

 

Pour voir nos arguments opposés à cette poursuite :

https://sdn-berry-puisaye.webnode.fr/news/argumentaire-dampierre-prolongation-des-reacteurs-900mw/

 

 

Galerie de photos des diverses actions

Objets: 1 - 8 Sur 28
1 | 2 | 3 | 4 >>