Bienvenue sur notre site

Retrouvez tous les articles édités en utilisant la case blanche de recherche par mot, en haut et à droite de la page d'accueil (abréviations à éviter ) et n'hésitez pas à nous contacter  !

Dans le menu "Actions/Actus" : nos actions locales et les articles d'actualité nucléaire.

Ci-dessous nos dernières actualités importantes :

 

 

Déchets radioactifs : le gouvernement créé un portail dédié au projet Cigéo

La consultation menée par la Commission nationale du débat public (CNDP) sur le plan national de gestion des déchets radioactifs aura lieu entre décembre 2018 et mars 2019, annonce le secrétaire d'Etat.

Lien vers l'article Actu-environnement du 20 09 2018

 Lien vers les contributions au débat public de 2013 : 154 au total

 Global chance  -  Cahi er d'acteur 118 - Cahier d'acteur 119 

Le CRILAN (Comité de reflexion, d’Information et de Lutte Antinucléaire)

Observatoire du nucléaire

Michel GUERITTE

Jean-Dominique BOUTIN

 

 

Incident sur le site de conversion d’uranium ORANO (ex-AREVA) de Malvesi (Narbonne)

Détonation et incendie, 3 blessés légers (article du réseau SDN)

Cet incident du 19 septembre 2018 concerne bien des matières radioactives.
  • Le « dégagement de fumée » fait suite en réalité à une « détonation » « au moment de l’ouverture d’un fût », c’est en tout cas ce qu’indique la presse locale
  • Les « oxydes métalliques issus de productions anciennes » qui étaient contenus dans le fût, sont en réalité des matériaux radioactifs présentant une très forte radiotoxicité par inhalation.
  • ... Rappelons que l’uranium appauvri présente une activité massique typique de l’ordre de 40 millions de Becquerels par kg. Il est à l’origine de l’émission de rayonnements gamma et de particules bêta et alpha, ces dernières étant les plus dangereuses en cas d’ingestion ou d’inhalation. S’il s’agit d’uranium appauvri issu du retraitement il peut contenir en outre des isotopes du plutonium.
  • Rappelons que la radioactivité des matériaux traités par l’usine de Malvesi est telle qu’elle est détectable au-delà des grillages de l’installation, comme la CRIIRAD l’a montré en 20064 et rappelé lors de mesures effectuées en 2014 : le taux de radiation gamma était 18 fois supérieur à la normale devant la clôture du parc à fûts.
 
 
 
 
 

15 septembre JOURNEE REGIONALE SDN LOIRE ET VIENNE

dont SDN Berry-Giennois-Puisaye fait partie

sur les pollutions invisibles de la Loire liées au fonctionnement des centrales nucléaires.

Nous étions 4 membres de notre groupe à participer à cette journée de bilan d'un an de prélèvements citoyens avec l'ACRO (laboratoire indépendant) à la recherche des radionucléides présents dans l'eau de Loire en amont et en aval des 5 centrales: Belleville, Dampierre, St Laurent, Chinon et Civaux.
Dans l'ordre, de gauche à droite et de haut en bas: 
1) stand d'accueil avec animations   2) bilan d'un an d'actions de prélèvements 3) formation aux prélèvements  4) atelier tournant: "effets du tritium"  5) atelier tournant "les rejets d'une centrale"   6) atelier tournant "comment agir?"
 
                                                                                              
 
 
 

Un petit tour d'horizon des articles récents

 
 Le Monde: "EDF face au risque de l'EPR" - 16 septembre
 
Mediapart:
"Nucléaire: ouvrez les frontières" - 12 septembre
 
"Nucléaire, ces signes de vieillissement qu'EDF voudrait faire disparaître" -12 septembre
 
"Nucléaire, nouvelles questions sur la sûreté des centrales" - 14 septembre
https://www.mediapart.fr/journal/france/140918/nucleaire-nouvelles-questions-sur-la-surete-des-centrales
 
Reporterre:
"En France, le nucléaire est une religion d'état" - 13 septembre
 

Mycle Schneider : Dans le monde, « le nucléaire devient insignifiant » - 11 septembre

Rapport sur l’état de l’industrie nucléaire dans le monde

https://reporterre.net/Dans-le-monde-le-nucleaire-devient

 
Capital:
"L'énergie nucléaire jugée de moins en moins compétitive" - 10 septembre
 
"La justice donne raison au CCE sur le projet d'Hinkley Point" - 12 septembre
 
"Centrales nucléaires: Van Ruymbecke lance une instruction judiciaire contre EDF" - 17 septembre
 
L'usine nouvelle
"Pourquoi le débat public sur les déchets nucléaires sera explosif" - 6 septembre
 

Risques de submersion de plusieurs centrales de la vallée du Rhône

Communiqué du réseau national SDN  et vu à la télé cette semaine :

https://www.sortirdunucleaire.org/En-cas-de-rupture-brutale-du-barrage-de-Vouglans

 

Inquiétude sur les conséquences de l’ouragan Florence aux USA pour les centrales nucléaires

Communiqué de la CRIIRAD

L’ouragan Florence a frappé la côte est des Etats-Unis le 14 septembre. Plusieurs centrales nucléaires se trouvent sur son chemin. Duke Energy qui exploite les centrales de Brunswick et Harris en Caroline du Nord a prévenu dès le 11 septembre qu’il faudrait peut-être plusieurs jours pour rétablir le courant en fonction de l’intensité des dégâts. Des réacteurs nucléaires ont été arrêtés en prévision. C’est le cas de la centrale nucléaire de Brunswick en Caroline du Nord située à Southport, à 6-7 km à l’intérieur des terres et 6 mètres au-dessus du niveau de la mer.
Mais même à l’arrêt, un réacteur nucléaire doit être refroidi en permanence sous peine d’accident grave. Les pluies diluviennes qui sont attendues et les vents violents pourraient mettre à mal les systèmes de refroidissement de secours et conduire à une impossibilité de refroidissement des cœurs nucléaires comme ce qui s’est passé à Fukushima en mars 2011.
L’association de scientifiques américains Union of Concerned Scientists a fait part de son inquiétude. En 2012 l’exploitant avait identifié des centaines de défauts ou manquements sur les systèmes de protection contre les inondations (joints fissurés, tuyauteries corrodées). Or selon l’association, aucun des rapports rendus publics depuis par les autorités américaines (NRC) ne précisent si ces réparations ont été effectuées.
Le service balises de la CRIIRAD restera en vigilance renforcée ce weekend.

14 Sep 2018 16:38:46 +0200
CRIIRAD contact@criirad.org

 

 


Belleville sur Loire : surveillance renforcée et prolongée en 2019 ! Déjà 1 an !

Pour nous , à SDN BGP, la prolongation de cette surveillance est le symptôme de dysfonctionnements qui perdurent :  nous devons rester en alerte  !
 

 

un bilan non exhaustif de la situation du parc électronucléaire français a été dressé en ce début 2018 par Fraunhofer, un institut énergétique allemand. Sur 28 réacteurs totalisant une puissance installée de 28710 MW (milliers de KW) la puissance réellement disponible n’a été que de 4480 MW, soit plus de 24000 MW perdus, l’équivalent de près de 19 réacteurs comme ceux de Belleville, à l’arrêt pour maintenance ou défaillance.

En savoir plus : https://preview.sdn-berry-puisaye.webnode.fr/news/a-edf-le-courant-ne-passe-plus/
un bilan non exhaustif de la situation du parc électronucléaire français a été dressé en ce début 2018 par Fraunhofer, un institut énergétique allemand. Sur 28 réacteurs totalisant une puissance installée de 28710 MW (milliers de KW) la puissance réellement disponible n’a été que de 4480 MW, soit plus de 24000 MW perdus, l’équivalent de près de 19 réacteurs comme ceux de Belleville, à l’arrêt pour maintenance ou défaillance.

En savoir plus : https://preview.sdn-berry-puisaye.webnode.fr/news/a-edf-le-courant-ne-passe-plus/

La productivité des centrales françaises ?

A EDF, le courant ne passe plus ! par D Deprez

En savoir plus : https://www.sdn-berry-giennois-puisaye.fr/news/a-edf-le-courant-ne-passe-plus/

A EDF, le courant ne passe plus ! par D Deprez

... Un bilan non exhaustif de la situation du parc électronucléaire français a été dressé, en ce début 2018 par Fraunhofer, un institut énergétique allemand.
Sur 28 réacteurs totalisant une puissance installée de 28710 MW (milliers de KW) la puissance réellement disponible n’a été que de 4480 MW, soit plus de 24000 MW perdus, l’équivalent de près de 19 réacteurs comme ceux de Belleville, à l’arrêt pour maintenance ou défaillance.

 

L'industrie nucléaire en pleine déroute

12/09/2018 11:04

"L'industrie nucléaire en pleine déroute", "la loi du marché dit que le nucléaire est mort" etc

Ce n'est pas nous qui le disons mais les journaux qui font état du dernier "World Nuclear Industrie Status Report" . Publié le 6 septembre 2018, ce rapport recense état par état,  tous les projets en cours et annoncés. Il décrit un secteur en pleine récession : chute du nombre de nouveaux réacteurs mis en chantier, accroissement inquiétant des délais de construction de ceux déjà lancés, perte de compétence, vieillissement généralisé du parc nucléaire mondial, casse-tête du démantèlement...  
La France semble un des seuls pays à se cramponner à cette énergie du passé!
Pour les courageux: le rapport intégral (en anglais!):
et, sinon:

Déclin du nucléaire dans le monde

Source : Mycle Schneider, The world nuclear Industry _ Status report 2018
Extraits du rapport de 289 pages.
En 1996, la part d’électricité d’origine nucléaire était de 17,5 % sur la production mondiale,
en 2017, la part d’électricité d’origine nucléaire n’est plus que de 10,3 %

Rentrée explosive  !!!

Mise en service de la cuve de l'EPR : consultation publique

A ne pas manquer, la consultation publique que l'ASN met en ligne entre le 3 et le 24 septembre sur la mise en service de la cuve de l'EPR !!!
 
A lire le projet de décision de l'ASN sur le site de Reporterre, pour laquelle décision, l'A.S.N ouvre cette consultation publique, donc ouverte à nous tous :
 
 

Projet de construction de 6 nouveaux EPR !!!

Sur l'annonce du projet de construction de 6 nouveaux EPR : la réaction du réseau, et l'article du Berry Républicain 

 

Hulot démissionne...

Sur la démission de Hulot, voici le lien permettant de lire la tribune publiée par Franceinfo de plusieurs assos écolos, co-signée par le réseau :
 

25 et 26 août - Problème de vanne à Dampierre

Nouvel incident déclaré à l'ASN !

12 août 2018 - Départ de feu en zone nucléaire sur le site de Dampierre en Burly


Ce dimanche 12 août 2018, un incendie est survenu en zone nucléaire sur le site de Dampierre (Loiret). Le feu a pris sur le système de chauffage d’un réservoir dévolu aux réacteurs 1 et 2.

Le feu a été rapidement maitrisé, mais les problèmes de fonctionnement se cumulent sur ces installations pointées du doigt par l’ASN pour ses mauvaises performances en terme de protection de l’environnement et des travailleurs.

  • L’exploitant a mis 2 des 4 réacteurs à l’arrêt les 6 et 9 août en raison de défaillances sur des systèmes essentiels pour la sûreté.
  • Fin mai le réacteur 1 était arrêté en raison de problèmes au niveau de l’alternateur.
  • Fin juin une fuite du circuit primaire de plus de 230 L passait complètement inaperçue sur le réacteur 2. Ce réacteur, qui sortait tout juste d’un arrêt de plusieurs mois pour maintenance, a dû être de nouveau mis à l’arrêt moins de 15 jours après son redémarrage pour un problème avec son alimentation électrique de secours (les groupes électrogènes à moteurs diesels).

Un billet d'humeur plutôt inédit à lire ci-dessous :

 

"Aucun impact sur la sûreté de l'installation" n'a été constaté.

Mais les couacs se multiplient en France ces dernières années. Le parc nucléaire est vieillissant et mériterait qu'on s'interroge sur son avenir."

Rapport du Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire sur le cycle du combustible

 Le Haut Comité a publié un volumineux RAPPORT sur le CYCLE DU COMBUSTIBLE : il fait 101 pages ! 

En page 97 - Le projet de piscine de stockage centralisée et... pour la 1ère fois "publiquement", un schéma du plan de la future installation

Pour la création de ces nouvelles capacités d’entreposage, EDF a engagé l’étude d’une piscine d’entreposage avec l’objectif d’entreposer les combustibles MOX usés et URE usés issus de l’exploitation du parc nucléaire en attente de leur valorisation dans des réacteurs de 4ème génération ou, à défaut, de leur stockage à Cigéo si cette filière ne devait pas être développée à l’avenir.

Pour répondre à ce besoin, EDF envisage pour cette installation d’entreposage une durée d’exploitation de l’ordre d’une centaine d’années.

EDF envisage également que cette piscine permette, en tant que de besoin, l’entreposage des combustibles RNR usés issus du fonctionnement du réacteur Superphénix ainsi que l’entreposage transitoire de combustibles UNE usés.

Ce projet, s’il est confirmé par EDF, devra également faire l’objet d’une concertation publique.

 

Et en page 99 et 100 - Informations et communications publiées à destination du public des différents acteurs du cycle du nucléaire : Ministère de la transition écologique et solidaire MTES (rubrique « Energies »), ASN, IRSN, EDF, ORANO (La Hague, Tricastin, Malvési , Melox, réaménagement des anciens sites miniers français) CEA,  ANDRA (projet CIGEO, labo,sites de stockage).
 

Page 98 - Point de vue des trois associations : ACRO (Association pour le Contrôle de la Radio-Activité dans l'Ouest), Greenpeace et France Nature Environnement.

  • Les associations signataires saluent la publication de ce rapport qui fait un bilan sur le combustible nucléaire, son utilisation, traitement et devenir, même s’il reste incomplet. Plusieurs questions sont sans réponse.
  • Il apparaît que moins de 1% des combustibles irradiés sont recyclés actuellement (0,9%) et il est abusif de parler de « cycle » et encore plus de « cycle fermé ». La terminologie « cycle ouvert » pour qualifier l’absence de cycle frise le ridicule. Par ailleurs, plus du tiers des combustibles usés issus des réacteurs à eau pressurisée d’EDF ne sont actuellement pas retraités, quarante ans après le premier déchargement.
  • Le combustible MOX n’est utilisé que dans les réacteurs les plus anciens. Leur arrêt progressif dans les années à venir va entraîner une baisse du retraitement et du taux de recyclage. Comme le rapport n’aborde pas cette évolution, nous demandons la publication complète du rapport « Impact Cycle 2016 » établi par EDF au nom également d’Orano Cycle et de l’Andra et du rapport d’expertise de l’IRSN sur le dossier. Nous regrettons de ne pas avoir été suivis par le Haut comité sur ce sujet.
  • La classification en matières valorisables des combustibles irradiés non traités et de l’uranium de retraitement repose sur une chimère, la génération IV de réacteurs nucléaires refroidis au sodium, un métal qui s’enflamme spontanément à l’air et qui explose dans l’eau. Le concept date des années 1950 et, s’il devait aboutir, aura fait l’objet de plus d’un siècle de recherches et développements. De plus, la puissance du projet de démonstrateur Astrid a été revue à la baisse. Il n’est pas raisonnable de bâtir la politique de gestion des matières et déchets nucléaires français sur cette promesse peu réaliste. Il est indispensable de présenter un plan de gestion alternatif sans génération IV.
  • Il en est de même pour les grands projets structurants, comme le centre d’enfouissement Cigéo, qui fait l’objet de fortes contestations et qui n’est pas encore qualifié. Là encore, il est important de travailler à un plan de gestion alternatif des déchets radioactifs.
  • Le reclassement des matières dites valorisables en déchets radioactifs aura un impact énorme sur la gestion des déchets radioactifs et doit être préparé. Il est interdit de stocker en France des déchets radioactifs d’origine étrangère. Est-ce que les matières valorisables d’origine étrangère devenues déchets seront renvoyées dans leur pays d’origine ?
 
 

Galerie de photos des diverses actions

Objets: 1 - 8 Sur 28
1 | 2 | 3 | 4 >>