Où sont stockés les 1,54 million de mètres cubes de déchets radioactifs recensés en France?

23/07/2018 17:35

Fabrice Pouliquen - 12/07/18 - 20minutes.fr (article complet)

Comme elle le fait tous les trois ans, l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) a publié ce jeudi l’inventaire national des matières et déchets radioactifs. La France a généré 85.000 m3 de déchets nucléaires depuis le dernier inventaire…

....

Disséminés sur plus de 950 sites en France

Plus de 950 sites de stockage et d’entreposage [en attente d’une solution de stockage] sont ainsi répertoriés sur la carte en France métropolitaine. Autrement dit, les 19 centrales nucléaires françaises ne sont pas les seuls à générer des déchets radioactifs et à en stocker. Certes, l’industrie électronucléaire française a produit une grande part des 1,54 millions de m³ de déchets radioactifs répertoriés fin 2016. 58,8 % pour être précis dont l’essentiel des déchets HA-VL et MA-VL. Mais d’autres secteurs en génèrent également : la recherche (27,7 %), la défense (9,4 %), certaines activités industrielles (extraction de terres rares, contrôle de soudures…) ou encore le secteur médical (radiographie, radiothérapie… 0,6 %).

Vers de nouveaux centres de stockage ?

S’il voit le jour à Bure, Cigeo, projet qui fait l’objet d’une vive contestation, pourrait s’ajouter à la liste des centres de stockage de l’Andra, cette fois-ci dédié aux déchets aux HA-VL et MA-VL aujourd’hui entreposés sur les sites des producteurs. L’Andra devra demande l’autorisation de création de l’installation en 2019 pour une mise en service vers 2026.

 

L’Andra devra aussi rapidement trouver une nouvelle solution pour stocker les futurs déchets TFA générés. Car le Cires, d’une capacité de 900.000 m3, est déjà rempli à hauteur de 650.000m3. « Au rythme actuel, il pourrait arriver à saturation en 2025 », indique Soraya Thabet. L’Andra dit se pencher activement sur ce dossier et la solution ne pourrait pas être forcément la création d’un nouveau centre de stockage. Du moins pas tout de suite. « L’optimisation à la source du traitement de ces déchets c’est-à-dire un meilleur tri ou un meilleur compostage sur le site de production- peut être une solution, explique Soraya Thabet. L’augmentation des capacités techniques du centre actuel est une autre option. » Au Cires, ces déchets TFA sont stockés dans des alvéoles creusés dans l’argile à 8,50 mètres de profondeur. Elles font à ce jour 176 mètres de long. L’une des pistes serait tout simplement de les allonger.