Panne du capteur de la régulation de puissance du réacteur 4 - 19 octobre 2019

28/10/2019 11:55

Publié le 28/10/2019 par EDF

 

Le 19 octobre 2019, l’unité de production n°4 de la centrale de Dampierre-en-Burly est en production. A 22h15, les équipes de pilotage de la centrale constatent une augmentation de la température de l’eau du circuit primaire suite à l’indisponibilité d’un capteur de la régulation de puissance. Dès détection de l’écart, les équipes abaissent la puissance pour retrouver une température conforme aux règles d’exploitation. Le capteur est quant à lui immédiatement remplacé.
Cet événement, qui constitue un écart aux règles d’exploitation, a été déclaré le 23 octobre 2019 par la Direction de la centrale à l’ASN comme événement significatif sûreté de niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

Ce que dit l'ASN

Publié le 25/10/2019

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 23 octobre 2019, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un évènement significatif pour la sûreté relatif au dépassement de la température maximale autorisée de l’eau du circuit primaire principal du réacteur 4, ce qui constitue un écart aux règles générales d’exploitation. Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées.

Le 19 octobre 2019, alors que le réacteur 4 était en production à sa puissance maximale disponible, la température moyenne de l’eau du circuit primaire perçue sur certains capteurs a soudainement chuté de 3 °C. Pour compenser la baisse de température, le système de régulation automatique a augmenté la puissance du réacteur en extrayant les grappes de commande[i].

La température des trois boucles du circuit primaire a alors dépassé la valeur limite autorisée dans les règles générales d’exploitation. La température moyenne des trois boucles est redevenue conforme moins d’une heure plus tard, après mise en œuvre des actions correctives par les opérateurs.

Le 20 octobre 2019, l’expertise de la chaine de mesure des grappes de commande a permis d’identifier la défaillance d’un calculateur. Cet équipement renvoyait une information erronée sur la température du circuit primaire.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, compte tenu du non-respect des règles générales d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Un remplacement et une requalification de l’équipement défaillant ont été réalisés le 20 octobre 2019.

[i] Les grappes de commande contiennent des matériaux absorbant les neutrons permettant de contrôler la réaction nucléaire dans le cœur du réacteur en les introduisant dans le cœur ou en les retirant.