Bienvenue sur notre site

Retrouvez tous les articles édités en utilisant la case blanche de recherche par mot, en haut et à droite de la page d'accueil (abréviations à éviter ) et n'hésitez pas à nous contacter  !

Dans le menu "Actions/Actus" : nos actions locales et les articles d'actualité nucléaire.

Ci-dessous nos dernières actualités importantes

En finir avec le nucléaire pour arrêter de produire des déchets

 17 avril 2019

Toujours plus de déchets

Ces déchets sont un héritage empoisonné, légué aux générations futures sur des durées qui dépassent celle des civilisations humaines. L’empreinte écologique du nucléaire est abyssale mais occultée par ceux qui présentent abusivement cette technologie comme une «solution» au changement climatique !
... Or la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la future loi énergie n’en prennent pas la direction. Au contraire : ces textes prévoient de repousser de dix ans l’échéance de réduction de la part du nucléaire, prolongeant le fonctionnement de la-quasi-totalité des réacteurs jusqu’à 50 ans et plus, augmentant le volume de déchets. La PPE envisage même la construction de nouveaux réacteurs.

Cigéo doit être abandonné

La filière cherche aussi à imposer le projet d’enfouissement 500 mètres sous terre pour faire «oublier» les déchets les plus toxiques et ce, malgré les risques élevés et insensé. Le projet Cigéo à Bure comporte des risques d’incendie et d’explosion souterrains et irait de pair avec des rejets radioactifs considérables, en continu, découlant de ses choix de conception. Contrairement à ce qui est déclaré, l’enfouissement des déchets radioactifs n’est pas «réversible». En cas d’accident, il serait impossible d’intervenir, d’empêcher la dispersion accrue de radioactivité ou de récupérer les déchets.

Un collectif d'associations

Réseau Action Climat
Réseau « Sortir du nucléaire »
Greenpeace France
Amis de la Terre-France
Global Chance
EODRA
France Nature Environnement
Lorraine Nature Environnement
Meuse Nature Environnement
Le CEDRA 56
BureStop55
Attac France

 

Surveillance renforcée de nouveau prolongée, à la centrale de Belleville sur Loire

 
La surveillance renforcée décidée par l'ASN en septembre 2017, maintenue début 2018, prolongée courant 2018, et maintien de ce prolongement ce printemps 2019 n'est pas une vue de l'esprit ; de même les 2 plaintes déposées par le Réseau Sortir Du Nucléaire en 2015 et 2017. La centrale atomique de Belleville, s'illustrant ainsi par ce record inquiétant est ancrée dans le collimateur des inspecteurs de la sûreté nucléaire et nous, antinucléaires sommes renforcés dans notre conviction que la seule solution est de se dépêcher de passer aux énergies renouvelables en tournant définitivement le dos au nucléaire !

A quelques jours de l'anniversaire de la catastrophe de TCHERNOBYL, cette décision de l'ASN prend une valeur plus forte encore.

le 18 04 2019 - SDN BGP

 

Les clés du grand débat sur les déchets radioactifs

17 avril 2019 - Le débat public sur la gestion des déchets radioactifs s’ouvre ce soir à Paris.

23 rencontres sont prévues jusqu’en septembre. Retraitement, Cigéo, déchets faiblement radioactifs... Reporterre fait le point sur les enjeux clés.

1,62 million de mètres cubes de déchets radioactifs ont été comptabilisés en France fin 2017, de quoi remplir plus de 640 piscines olympiques. Plus de la moitié de ces déchets, très divers en nature et en niveaux de radioactivité, proviennent de 60 ans d’exploitation de la filière électronucléaire française. Elle compte, à ce jour, 58 réacteurs nucléaires en fonctionnement et plusieurs usines de fabrication et de traitement du combustible nucléaire.

Cet inventaire des déchets est très certainement sous-estimé, puisqu’il exclut certaines matières radioactives comme le combustible nucléaire Mox usé [1] et l’uranium issu du retraitement, au motif qu’elles pourraient être réutilisées un jour – même si ce n’est pas le cas aujourd’hui.
 

 

 

 

Piscine géante de stockage de matières radioactives : où en est le projet ?

Le 29 mars dernier, l'Autorité de Sûreté Nucléaire organisait avec l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) une journée "d'ouverture à la société civile" pour rendre compte de l'avancement de ce projet.
Etaient présentes des associations comme Greenpeace, Wise, l'ACRO ainsi que des représentants de CLI (mais pas le président de celle de Belleville) et l'ANCCLI (association nationale des CLI).
Deux d'entre nous étaient présents (peu de femmes comme vous pouvez le remarquer sur la photo !!)
Ont été présentés l'avis du Groupe Permanents d'Experts ainsi que celui de l'IRSN qui, à quelques réserves près, sont plutôt favorables au projet.
L'ASN, elle, est en cours de rédaction de son avis.
Si EDF, qui a présenté son projet et répondu aux demandes et critiques, a effectivement fait de son mieux en matière de génie civil pour doter cette installation de dispositifs de sûreté d'avant-garde par rapport à ses autres piscines ! bien des questions restent sans réponse :
- Pourquoi pas d'autres projets étudiés par EDF (stockage près des lieux de production qui diminuerait sérieusement les risques liés au transport et à la concentration : 10 000 tonnes de matières brûlantes et hautement radioactives concentrées au même endroit : est-ce raisonnable ???)
- Qu' en est-il du coût d'une telle installation?
- Quel est le bilan global éco-systémique de cette installation (notamment en matière de rejets dont on nous dit qu'ils seraient minimes !)
- comment garantir la maintenance (en grande partie robotisée) sur une durée de 100 ans?
- certains risques ont été pris en compte (inondation, séisme, chute d'avion, canicule, tornades...) mais tous sont-ils vraiment prévus ? Sur 100 ans, que sait-on de l'évolution climatique ? des risques de conflits armés ? du terrorisme ? de possibilité de "black out" (tout fonctionne à l'électricité et pourrait supporter une interruption d'alimentation électrique de 8 jours : mais au-delà?
Et bien d'autres questions...
EDF déposera sa Demande d'Autorisation de Création avant fin 2020. A ce moment-là, le lieu d'implantation du projet sera dévoilé!!!
Nous nous proposons de rédiger un inventaire global des objections et critiques à l'égard de ce projet d'ici à la mi-juin : pour ceux qui voudraient participer au débat public sur la gestion des matières et déchets radioactifs

FUKUSHIMA : voyage dans une zone interdite qui ne l’est plus  

... "En mars 2019, les autorités annoncent que 80% des déchets stockés dans des millions de sacs plastiques entreposés un peu partout dans le département sont estimés à moins de 8000Bq/kg et seront donc de nouveau éparpillés sur le territoir"[5].
 
"Huit ans après le désastre, alors que l’AIEA ordonne au gouvernement japonais de déverser les réservoirs d’eau contaminée stockés autour de la centrale dans l’océan, le gouvernement japonais annonce la réouverture de la quasi totalité de la zone d’évacuation[6].
 
8 avril 2019
 
 

Quelque 400 habitants vivaient dans la zone avant l'accident de mars 2011.

...."Dans le cadre d'une politique de reconstruction et de retour des habitants destinée à "normaliser" le statut de la région sinistrée de Fukushima, les autorités ont hissé à 20 millisieverts par an le niveau jugé admissible d'exposition radioactive. Le seuil de 20 millisieverts (au lieu de 1 millisievert habituellement admis) est dénoncé par les organismes non gouvernementaux et dans de récents rapports d'instances des Nations Unies comme étant trop haut, notamment pour les enfants et femmes en âge de procréer. Mais le gouvernement répond que ces propos nuisent à l'image de la région."

https://www.francetvinfo.fr

publié le 26/03/2019

 

1/04/2019  Achat de terres par EDF

Un reportage assez complet sur la question réalisé par TV_Tours:
Pour le visionner, cliquez ci-dessous
 

 

Suite à la non-déclaration de l'arrêt automatique pour cause inconnue du réacteur 2, du 16 au 23 mars

6 questions posées au directeur du CNPE de Belleville sur Loire

30/03/2019 23:18

à Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d’Électricité de BELLEVILLE-SUR-LOIRE.

 

Monsieur le Directeur,
Je souhaiterais que vous apportiez des réponses aux six points si dessous pour informer objectivement les membres de la CLI et les adhérents de l’association ‘’Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye’’ que je représente.
1°) Quel est l’état d’avancement du parc des Diesel d’Ultime Secours ?
2°) Etat et situation du réacteur 2 et rejets de vapeur
3°) Situation du réacteur 1
4°) Fuite de tritium dans le réseau d’eau pluviale.
5°) Traitement des eaux radioactives.
6°) Emprise foncière d’EDF à Belleville et environs.

 

1°) Diesels d’ultime secours

Cette brève du Berry républicain datée du 25 janvier 2018 annonçait la mise en service des Diesel d’Ultime Secours pour la fin de l’été 2018.
Le 13 mars dernier, le CNPE de Saint Laurent des Eaux mettait en service ses Diesels d’ultime secours.
N’entendant plus parler de ce dispositif de sécurité à Belleville-sur-Loire, nous voudrions savoir où en est le projet.

  • Si retard il y a, quelles en sont les causes ? S’agit-il d’une absence de démonstration de ‘’résistance au séisme’’ des ancrages dans le génie civil des DUS (événement classé 2 par l’ASN sur l’échelle Ines ?

2°) Etat et situation du réacteur 2 et ses rejets de vapeur

Le CNPE a annoncé le 16 mars un arrêt fortuit du réacteur 2 pour un problème sur le groupe turbo-alternateur. L’info nous a été relayée par la CLI de Belleville. RTE et EDF nous annoncent un arrêt jusqu’au 20 mars avec un nouveau report au 23.
Cet arrêt inopiné a été marqué par des relâchements de vapeur semblant venir du bâtiment réacteur et ayant inquiété des riverains qui m’ont fait parvenir la photo suivante.

  • Quel incident sur le turbo-alternateur a provoqué l’arrêt du réacteur ?
  • Comment l’équipe technique a-t-elle remédié à la défaillance ?
  • Ces rejets de vapeur sont-ils la conséquence de cet arrêt inopiné ?
  • Par quel parcours la vapeur se trouve-t-elle à l’extérieur ?
  • Pouvez-vous en garantir l’absence de radionucléides et notamment le tritium ?
  • Quel est le niveau d’activité du tritium en Bq/l ?

3°) Situation du réacteur 1

Il s’est trouvé qu’à la même période le réacteur 1 s’est trouvé lui aussi à l’arrêt.
Que pouvez-vous nous dire de cet arrêt de production ?

4°) Fuite de tritium dans le réseau d’eau pluviale

L’inspection ASN n° INSSN-OLS-2019-0749 du 12 février 2019 fait état d’un marquage tritium dans un collecteur SEO.
Le 25 janvier il est détecté une activité tritium de 19 Bq/L supérieure à votre seuil de décision soit 8 Bq/L.
Le 30 janvier : 1700 Bq/L . Le 2 février : 2300 Bq/L
Je laisse le soin à l’ASN de vous rappeler vos obligations en termes de déclaration pour m’intéresser aux chiffres. Ceux-ci montrent l’importance des rejets de ce radionucléide émetteur bêta de demi-vie 12,3 ans, pour lequel on ne cesse de dire que les études sont insuffisantes au regard de sa dangerosité : Livre blanc sur le tritium de 2010 avec le rapport RIFE 11 (Radioactivity In Food and the Environment) des agences environnementales et sanitaires britanniques ; le Rapport britannique AGIR de l’Health Protection Agency de novembre 2007, qui prend position pour une réévaluation du facteur de pondération du tritium dans le calcul des doses efficaces ; Le tritium : un risque sanitaire sous-estimé, étude de l’ACRO (Acronique n° 85 de juin 2009). Ces études montrent que l’impact de l’hydrogène radioactif 3H sous sa forme OBT incorporé dans les molécules organiques et retenu avec une période biologique de 40 jours n’est pas négligeable. Le tritium suit le cycle métabolique de la molécule marquée, ou en cas de dégradation, de la fraction qui le renferme. La période effective est alors différente de 10 jours. Dans le cas de la thymidine (La thymidine est l'une des briques des acides nucléiques) par exemple, elle est de 190 jours.

Ce radionucléide étant rejeté en permanence par l’activité nucléaire représente un risque important pour la santé, même si l’OMS fixe une valeur limite de 10 000 Bq/L de tritium dans l’eau de boisson sachant que cette institution depuis la charte du 28 mai 1959 est sous la tutelle d’AREVA devenue ORANO perdant ainsi sa crédibilité.
Un document de l’ARS (ci-dessous) souligne la nécessité de mesurer l’activité radiologique de l’eau brute souterraine au-dessus d’1 Bq/L.
 

Un fort dégagement de tritium relevé au début de cette année pose question, sachant que le tritium dilué dans l’eau aboutit inexorablement dans les nappes phréatiques.

Mes questions sont donc les suivantes,

  • alors que les études diverses recommandent une bonne maîtrise de captation de l’hydrogène 3H, comment se fait-il qu’une telle quantité de tritium ait pu échapper à votre vigilance ?
  • Pourquoi le dispositif supposé retenir ce radionucléide n’a-t-il pas fonctionné ?
  • Par quel(s) moyen(s), autre que la dilution, pouvez-vous limiter la diffusion d’hydrogène radioactif ?

5°) Traitement des eaux radioactives

  • Lors de l’ouverture de la cuve réacteur pour travaux en arrêt de tranche, que devient l’eau du circuit primaire ? Où est-elle rejetée ? Où est-elle stockée ?
  • Comment faites-vous pour la nettoyer des radionucléides qu’elle contient ? Où vont ensuite ces radionucléides ?
  • Par extension, pourquoi à Fukushima garde-t-on les eaux radioactives dans d’immenses réservoirs, laissant supposer l’impossibilité d’épurer une eau radioactive ?

6°) Emprise foncière d’EDF à Belleville et environs

A l’origine la centrale de Belleville devait accueillir 4 réacteurs de 1300 Mwe. Deux ont été construits.

  • Quelle était l’emprise foncière dédiée à la construction de ces quatre réacteurs ?
  • En réalité quelle superficie occupe réellement les deux réacteurs en activité ?
  • Par déduction, quelle est l’emprise disponible du fait de l’abandon de deux réacteurs ?
  • En dehors de la centrale strictu sensu site de Belleville, EDF dispose-t-il d’autres terrains à proximité et pour quelle destination ?
  • Et question récurrente, dans quel but EDF souhaite-t-il accroître son emprise foncière malgré ce surcroît de superficie ?

 

N’ayant d’autre but que l’intérêt commun de la transparence mise régulièrement en avant et le souci d’éviter tout accident grave pouvant impacter lourdement nos territoires et chacun d’entre nous.

Je vous remercie par avance des réponses que vous apporterez à l’ensemble des membres de la CLI en me permettant de faire connaître vos réponses dans un climat de confiance.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur mes respectueuses salutations au nom de l’Association SDN-BGP.

 

Daniel DEPREZ
Copies à MM. HOULE (ASN)
BAGOT (CLI) pour mise à l’ordre du jour de la prochaine réunion de CLI
et large diffusion publique.

23 mars : L'EPR de Flamanville ne doit pas démarrer! Le "faux convoi" de combustible, arrêté par de vrais militants entre Chinon et Flamanville

 
SDN Berry-Giennois-Puisaye a participé hier au rassemblement qui a eu lieu à Chinon, pour dénoncer le futur chargement en combustible de l'EPR a partir du MIR (Magasin Inter Régional) de Chinon.

Puis au blocage, devant la centrale de Chinon, du "faux convoi" de combustible!

Réunion d'information sur le PPI, le PCS et l'EXERCICE NUCLÉAIRE national d'avril 2019

15/03/2019 14:20

Mardi 12 mars 2019, à la salle des fêtes de Léré, a eu lieu une réunion publique d'information et d'échanges sur le PPI, le PCS et l'EXERCICE NUCLÉAIRE national du 3 et 4 avril 2019.

Encore une fois, la préfecture du Cher n'aura pas brillé pour ses qualités en communication : les mairies n'ont été informées que le jeudi ou vendredi pour le mardi qui suit. Encore une fois, la population n'a pas été tenue au courant de cette réunion d'information comme elle devrait l'être ! Pourquoi ne pas avoir envoyé une invitation/convocation à chaque foyer habitant la zone des 20 km autour de la centrale nucléaire de Belleville sur Loire ?
 
Conclusions :
  • Une salle à peine remplie si on enlève les journalistes, RG, et personnel de la commune de Léré, pour  67 communes invitées à cette réunion d'information et d'échanges !
  • Une préfète qui semble ignorer le contenu du PPI et qui n'a daigné communiquer que sur la forme... et qui compare un accident nucléaire à une tempète de neige, tout en ironisant sur la possibilité d'un accident empiétant au-delà des périmètres de 2 et 5 kms !
  • L'exercice prévu début avril ne sera qu'organisationnel pour les très nombreux services qui seront sollicités, mais il n'y aura pas de participation de la population. Les maires sont encouragés à mettre en exercice leur PCS (Plan Communal de Sauvegarde).
  • Le PPI sera validé et signé après l'été.
  • Les quelques maires présents ont insisté sur leur difficulté à tenir à jour leur recensement de la population et de leur difficulté à communiquer l'information à tous sans exception, notamment s'il y avait un besoin urgent en cas d'accident. Plusieurs communes, dans le rayon 20 km, ne disposent pas de sirènes d'alerte ! Nous encourageons donc les habitants à communiquer leurs numéros de téléphone à la mairie de leur commune !
Inutile de vous dire que nous avons été rapidement"catalogués" : 4  "opposants" à insister sur la grande faiblesse de la communication pour un sujet aussi sérieux, et  les lacunes notamment en matière de possibilité d'hébergement en cas d'évacuation de la zone 5 km (que la préfète a semblé découvrir... ainsi que l'impossibilité d'avoir accès au projet PPi par internet !) 
De toute manière, le fond n'a pas été abordé... les différents points techniques n'ont pas été abordés, encore moins débattus !
 
La plupart de nos questions posées lors de la consultation publique n'ont peut-être même pas été lues !
 
  • La CLI de Belleville, cellule d'information du public, travaille-t-elle ou a-t-elle travaillé sur le PPI ??
  • Et nous rappelons encore qu'il faut persuader les personnels des différentes municipalités à prendre connaissance sérieusement de leur PPI, car ils seraient mobilisés à coup sûr en cas d'accident nucléaire !!

 

 

12/03/2019 - Citation directe d'EDF par Sortir du Nucléaire: frappée de "nullité" pour 2 raisons de "forme". Nous faisons appel.

S'alignant sur les réclamations de l'avocat d'EDF, le juge a jugée "nulle" notre démarche juridique, sans que jamais le "fond" de l'assignation en justice et son bien-fondé ne puisse être abordé.

12/03/2019: Audience à 14h au tribunal de police de Bourges, 8 rue des Arènes.

Rassemblement à 13h30 devant le tribunal.

Voir le bilan publié hier par France Info !

https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/nucleaire-nos-centrales-du-centre-val-loire-sont-elles-sures-1484993.html

Concernant Belleville : bas de podium côté sécurité

"Dans le domaine de la sûreté, les événements significatifs ayant pour origine un manque de rigueur dans la conduite et la surveillance des installations restent nombreux et l’amélioration perceptible au premier semestre de l’année ne s’est pas confirmée" 
... Autant pour Belleville ! Le constat de l'ASN est le plus sévère de tous ceux portés dans le domaine de la sûreté. En septembre 2017, la centrale a même été placée sous surveillance renforcée. En cause : des "défaillances" dans la surveillance et l'entretien des équipements et du matériel. "
Ce n'est pas nous qui le disons !!! C'est l'ASN, dans un compte rendu des appréciations.
Notez que l'ASN a prolongé la surveillance renforcée sur Belleville en 2019 !
 

 

 

26/02/2019 - Avec la Confédération Paysanne au Salon de l'Agriculture : mobilisation contre l'artificialisation des terres, notamment l'achat de terrains agricoles par EDF

Le 26 avril, en plein salon de l'Agriculture, la Confédération Paysanne a fait irruption successivement sur les stands:

- d'Enedis (filiale d'EDF) alors que le ministre F. de Rugy y était présent

- de l'association nationale des SAFER

- du ministère de l'Agriculture

En prenant la parole pour dénoncer la réduction et l'artificialisation des sols et leurs conséquences en matière d'agriculture paysanne, de biodiversité, de répercussions climatiques etc.

Il était question d'un problème d'actualité: les études menées par des SAFER autour de sites nucléaires pour racheter des terres agricoles (140 ha à Belleville, 80h à Dampierre, 116 ha à St Laurent, 120 ha à Chinon, 40 ha à Civaux, 336 ha au Bugey, x ha à Cattenom...)

Nous étions 2 antinucléaires présents: un pour le site du Bugey, une pour les sites le long de la Loire), pour soutenir les paysans et présenter la situation.

La SAFER Centre a promis une réponse à nos courriers en recommandé avec AR (celui de SDN BGP date du 20 décembre!)

Le ministre, F. de Rugy, à qui la Confédération ¨Paysanne a adressé un courrier le 24 janvier pour évoquer cette question et demander des réponses, est ensuite venu rencontrer le porte-parole sur le stand de la Confédération. Des réponses en perpective?????

 

Sur le stand ENEDIS:                                                                        Sur le stand SAFER

Sur le stand du ministère de l'Agriculture:

Lancement de la campagne d'information et de distribution d'iode dans un rayon de 10 à 20km autour des centrales françaises

  • Février 2019 : formation des pharmaciens d'officine à l'utilisation du logiciel de gestion des bases de données en vue du suivi des retraits, et élaboration des documents pédagogiques et courriers à l'intention des élus, des pharmaciens, des professionnels de santé et de la population.
  • mars-avril 2019 : pré-campagne d'information à l'intention des élus locaux, des pharmaciens d'officine et de certains professionnels de santé, et information initiale des populations sur leur localisation dans un secteur faisant l'objet d'un PPI (courrier, réunions publiques, campagne de presse, réseaux sociaux... ).
  • mai 2019 : période de réserve à prévoir en amont des élections européennes du 26 mai.
  • fin mai / début juin 2019: envoi au plus tôt après les élections des courriers comprenant les bons de retrait en pharmacie.
 
Et quelques dates plus précises intéressantes :
  •  8 février : information préalable des préfets
  • 12 février : courrier aux maires
  • 26 février : information des pharmaciens
  • 4 mars : actions de relations presse au niveau régional
  • 6 mars : envoi d'un courrier d'information extension PPI aux riverains (cela n'a pas été fait !)
  • 25 mars au 21 avril : réunions locales à l'attention des maires d'une part, à l'attention des pro de santé d'autre part
  • 21 mai : envoi des courriers de retrait aux riverains
  • à partir du 26 mai : réunions publiques via les CLI

 

 

Galerie de photos des diverses actions

Objets: 1 - 8 Sur 30
1 | 2 | 3 | 4 >>